Volonté de paix, ou de montrer votre arrogance ?

faresCeci est un réponse à l’article de Farès Souhaid « Coordinateur général des forces du 14 Mars » paru dans l’Orient le Jour du 1 Novembre 2014 et intitulé « La voie de la paix ».

Cher Mr. Souhaid, je comprends votre frustration: les musulmans se tapent dessus, et les chrétiens n’ont plus le même poids politique pour les faire revenir à la raison. Comme vous le dites, ils sont « perplexes, craintifs, voir même apeurés ». Seulement, et dîtes-moi si je ne me trompe, n’est-ce pas là une description que l’on pourrait faire de l’état d’esprit des chrétiens à la veille de la guerre dite civile qui débute en 1975 ? Il me semble que les chrétiens libanais, du moins la classe politique à laquelle vous appartenez, ont toujours été dépassés par les événements. Et pourtant, les chrétiens de ce même mouvement, ne se lassent pas de répéter qu’ils ont tant à enseigner aux peuples de cette région, tant à inculquer aux ignares de ce pays.

Si j’écris cette lettre, ce n’est pas seulement pour m’adresser à vous, mais pour dénoncer cette manière de penser simpliste que tous semble répéter au sein de votre mouvement politique. Il y a un conscient va-et-vient entre un narcissisme déconcertant, selon lequel il est de votre devoir de « civiliser » le peuple libanais, et un pessimisme ambiant qui vous force à vous retrancher dans cette forteresse de la minorité apeurée. Si vous pensez échapper à cet état, votre texte ne cesse de vous trahir, et je n’y vois là aucune « voie pour la paix ». (Quel titre ambitieux !)

Après un petit aperçu historique où vous ressassez le passé des chrétiens du moyen orient marqué par les massacres et les persécutions, vous nous dressez un portrait glorieux de cette communauté martyr qui décida en vers et contre tout de « cohabiter » avec son voisinage. Alors, certainement, les violences communautaires s’inscrivent dans un contexte « de bouleversements régionaux et internationaux » mais je doute fort que vous compreniez les implications d’une telle analyse. Vous défendez que le Grand Liban de Hoayek était « basé sur la convivialité islamo-chrétienne » et que l’église du dit Hoayek avait « demandé au mandat la création d’un Liban porteur d’un message de paix ». Bon, et comment demande-t-on au mandat la création d’une entité politique « porteuse d’un message de paix » à une époque ou Saatchi et Saatchi et autres sbires n’existent pas pour créer le « brand image » ? Et puis pourquoi demander au mandat si on est tellement fier d’être indépendant ? Et ceci n’est qu’un lapsus parmi tant d’autres…

Mais ouvrez les yeux, que diable ! Si je ne me trompe pas, vous présentez des chrétiens du Moyen-Orient un peu dans la m… (Excusez mon français), un peu surtout parce que l’on se retrouve au cœur d’un conflit « entre les deux ailes de l’islam » qui d’après vous « ne nous concerne pas ». Et si ça vous ne concerne pas, pourquoi tenter de nous convaincre que les chrétiens ont décidé historiquement de ne pas s’imaginer comme une « minorité persécuté » ? Vous dites ensuite, paradoxalement, qu’il ne faut pas tourner le dos à un conflit qui ne vous concerne pas. Il me semble que vous avez tourné le dos deux lignes plus haut… Cette attitude d’engagement à contrecœur, symptomatique du discours chrétien isolationniste, montre son hypocrisie latente : je fais partie de la région, mais je n’ai que faire des problèmes des autres. Comment allez-vous « consolider » votre « partenariat avec les autres » avec une telle attitude ?

Mais, le pire, c’est que vous devenez mesquin ! Vous êtes fier de l’« apport culturel assuré par les congrégations religieuses françaises après les massacres de 1860, sans pour autant croire que nos ancêtres étaient effectivement gaulois ». De quel apport culturel parlez-vous ? Êtes-vous conscient du rôle de la France et autre puissances étrangères dans les événements de 1860 ? Et puis une nouvelle fois, vous glorifiez l’intervention minime d’une congrégation à relent colonial tout en affirmant être « de la région ». Enfin, faut choisir monsieur ! Encore heureux que vous ne vous êtes pas déclaré gaulois après un apport tellement insignifiant dans l’histoire des peuples de la région ! D’ailleurs les français eux-mêmes ont cessé de prendre au sérieux ce mythe qu’ils descendent des gaulois !

Et puis votre opposition au mandat français, je vous signale que la moitié de vos confrères était plutôt pour ce mandat. C’est avec beaucoup de grincements de dents que les chrétiens ont accepté l’identité arabe (rappelez-vous la formule illustre de Georges Naccache, l’un des seuls journalistes valable francophone : « deux négations ne font pas une nation »). Les visions d’appartenances à une histoire, un peuple, un territoire, ont toujours été diamétralement opposées. Votre indécision latente dans votre texte est révélateur de ces négations qui jalonne jusqu’à aujourd’hui (presque un siècle après!) le parcours politique de cette petite entité qu’on appelle le Liban.

Sinon, en ce qui concerne vos « jeunes ingénieurs, avocats, médecins et cadres », j’ai grandi parmi eux, et leurs discours hautains, chauvinistes (que ce soit au Liban, ou partout où ils sont allés faire de l’argent sur le dos d’autres populations), ne m’ont jamais échappés. Peut-être est-ce cela que vous appelez « apporter leur pierre à l’édification du monde arabe dans un climat d’entente culturelle et sociologique » ? Plus je relis cette formule, plus je la trouve drôle ! Que veut dire climat d’entente culturelle et sociologique ? « Sociologique » … Le libanais (lire chrétien) cherche donc à tout prix à s’entendre avec le sauvage autochtone ?

Mais en voilà une plus belle encore : vous êtes fier parce que vous n’avez « pas eu recours à l’édification d’un mur » entre vous et « le monde arabe pour délimiter des frontières culturelles et politiques. » Mais vous venez d’annoncer que vous aviez activement contribué à la production d’une identité arabe ! Et maintenant vous nous apprenez que l’on aurait pu « délimiter des frontières culturelles et politiques » mais que vous avez résisté à cette possibilité ? Ça dû être fatiguant tout ça ! Ah oui, rien de plus normal que d’être fier !

Oh et puis j’ai beaucoup aimé votre définition de la mondialisation : « Notre Église est rattachée à Rome depuis près de 1000 ans ». Comme cette phrase suivait de près cette autre phrase « Notre société était globalisée avant la globalisation », je suppose que la première est une illustration de la seconde ? Et bien dans ce cas, je ne sais pas quoi répondre, sinon que c’est tout simplement risible de croire qu’une alliance pour protéger sa communauté politiquement et en tirer une certaine influence régionale contribue à un processus de « mondialisation».

Paradoxalement, si les Tunisiens sont bien plus modestes que vous c’est certainement qu’ils ont tout ce que vous n’avez pas, à savoir une économie diversifiée qui fonctionne, un Etat qui réussit à promouvoir une culture nationale, des accords avec des organisations internationales, des zones économiques avec l’Union Européenne, et j’en passe. Le voisinage de la Tunisie n’est pas aussi hostile que le vôtre, si bien qu’ils peuvent plus ou moins se concentrer sur leurs propres problèmes. Si la Tunisie a vécu une « révolution » ou tout au moins un changement de pouvoir, c’est parce qu’un mouvement réel ouvrier était à l’œuvre. Le Liban est, et a toujours été, à des années-lumière de ça. Dois-je vous rappelez que les mouvements sont très divers ? En Tunisie le problème central (comme en Égypte d’ailleurs), était la domination économique du pays par une oligarchie qui était proche du président Ben Ali. C’est un mouvement à caractère ouvrier qui a apporté ce changement. C’est d’ailleurs pour ça que les premiers gouvernements à avoir pris le pouvoir et qui avait une empreinte islamique ont dû plier bagages. Au Liban, non seulement cette même oligarchie existe, (sans président ou un pouvoir central exécutif), mais en plus le mouvement ouvrier, ou une conscience de classe unificatrice est pratiquement inexistant(e), cédant la place à une conscience fédéraliste confessionnelle dont vous êtes un de principaux représentant !

Et il y a d’autres exemples de votre hypocrisie quand il s’agit de montrer que vous faites partie de la région. Vous appelez à la paix entre juifs et musulmans? Mais depuis quand les juifs et les musulmans sont-ils en guerre ? La dernière fois que j’ai vérifié c’était une guerre entre le sionisme politique de l’État d’Israël et les Palestiniens, et par extension (on l’avait espérer) les arabes, et par plus grande extension (on garde l’espoir) toute personne, entité politique ou groupe qui trouve l’expulsion, meurtres, tortures, vols des palestiniens (et de tout autre peuple pour cette raison, à travers l’histoire) condamnable. Et les chrétiens – j’imagine que vous entendez par là les chrétiens du Liban – n’ont pas de conflits avec les juifs ? Bon, ben au moins c’est bien de clarifier vos positions !

Et vous appelez pour « la paix entre le monde arabe et l’Occident » ? Serais-je voyant si je disais que vous avez un penchant pour les théories types « clash des civilisations » ? Mal vous en prend, le monde arabe est plus occidentalisé que la plupart de vos confrères de la politique tribale/confessionnelle du Liban ! Je vous souhaite donc bonne chance pour « agir, entreprendre, voir grand pour pouvoir surmonter » vos « peines quotidiennes ». D’après cette article, vous avez surtout besoin d’une bonne thérapie, ça frôle la schizophrénie toutes ces contradictions !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s