Laïque pride ou laïque prout?

La marche a regroupé environ 3000 personnes.

Petite réflexion donc, sur la laïcité en général et sur cet évènement en particulier.

Au Liban le discours en faveur de la laïcité s’appuie sur deux piliers principaux:

1-    La mémoire importée, de l’oppression appareillée par les institutions religieuses dans l’Europe du moyen-âge et jusqu’à la révolution française, et son corollaire, qu’aucune forme de progrès ne saurait être associée à la religion dans la sphère publique.

2-    La confusion totale dans la compréhension et la différentiation de notions aussi distinctes que religion, confession, corruption, tribalisme, népotisme, clientélisme, inégalité des sexes, censure etc.

Premièrement:

L’imaginaire selon lequel le clergé aurait à une époque en Europe constitué un frein à la modernité, à la science, à la libération des structures féodales etc… n’est pas également distribuée au sein de la population libanaise. Ce n’est pas une coïncidence donc, si la grande majorité du public présent à cette manifestions appartenait à la minorité occidentalisée parlant généralement mieux le français et l’anglais que l’arabe, et éduquée dans les universités privées que l’on connaît : ALBA, AUB, USJ, LAU etc.

Il est intéressant de noter que dans les imaginaires des populations du monde arabo-musulman c’est plutôt la laïcité qui a été synonyme d’oppression, sachant que c’est en son nom que les dictatures du type militaro révolutionnaire, de nos régions ont réprimés les mouvements ou partis islamiques opposants. La Syrie de Assad, l’Irak de Saddam Hussein, l’Iran du Shah, la Tunisie de Bourguiba, l’Algerie du FLN, la Turquie d’Ataturk etc…

Dans le cas du Liban c’est le ralliement à Moussa Sadr, donc le clergé chiite, qui a été vécu comme une émancipation des notabilités féodales… et laïques du Sud.

S’il peut être risible aux libanais de savoir que du temps du mandat français (et même après) on enseignait dans les écoles « nos ancêtres les gaulois », Il me semble tout aussi risible de leur enseigner « nos anciens bourreaux les religieux».

L’idée que les religieux détiendraient une sorte de « monopole du dogmatisme » de l’oppression ou de tout autre mal social, pour quelqu’un qui connaît bien l’histoire de la région, de l’empire abbasside à l’empire ottoman, ne tient pas. Notre histoire est riche d’exemples démontrant comment, au nom d’une même référence « religieuse », des régimes ou institutions ont pu aussi bien exercer du dogmatisme qu’autoriser des pratiques libérales ou représenter mieux que quiconque les intérêts … du Liban. A titre d’exemple je rappellerai à ceux qui au moindre boum descendent un drapeau libanais à la main, hurler sur la place publique leur amour du Liban, le rôle du patriarche Hoayek dans la création du grand Liban.

Mais cette mémoire la, bien qu’elle soit plus en prise avec la réalité de l’histoire de la région, n’est pas non plus également distribuée.

Deuxièmement:

La laïque pride a été l’occasion de vérifier a quel point la confusion régnait, autant dans la charte de la laïque pride que dans les slogans des manifestants.

Au niveau de la charte :

7 « articles » constituent la charte. On peut trouver une critique très intéressante sur le blog de worried lebanese (a lire avec les commentaires).

Je me contenterai ici de relever quelques points seulement :

la garantie de l’égalité des chances face à l’emploi dans le service public sur la base des compétences”

Le problème ici est de nature communautaire et non religieuse. Dans le cas Libanais ce problème est doublé d’un autre, celui du clientélisme.

Le communautarisme (je reprends la définition proposée par Mounir) « en soit, c’est l’institutionnalisation d’une différence entre individus par le biais d’un corps captant sa représentation et ses droits”.

La communauté peut prendre une forme religieuse mais également sexuelle, raciale, sociale etc. le concept de « discrimination positive » par exemple en France relève d’une forme de communautarisme sur critère social : Il prévoit dans les universités ou les grandes écoles un quota d’élèves issues des couches défavorisées au dépend d’élèves plus compétents mais moins démunis. Prévoir un quotas de sièges aux femmes, au parlement, au dépend d’hommes plus compétents et plus représentatifs, également relève d’une forme de communautarisme mais sexuel. C’est par conséquent un communautarisme sur critère confessionnel ici qui est soulevé par la charte.

“la délivrance des représentants du peuple de leur allégeance aux leaders du confessionnalisme religieux”

C’est qui les leaders du confessionnalisme religieux?

Politiquement cela signifie-t-il qu’il faudrait délivrer Joumblatt de son allégeance au Sheikh el akl? Aoun du patriarche Sfeir? Nasrallah du Cheikh Qabalen et  Saad Hariri du Mufti Kabbani? Ce n’est pas le contraire plutôt?

Même juridiquement ca ne tiens pas. Le Mufti sunnite, le président du conseil supérieur chiite et le Sheikh el akl sont des fonctionnaires d’état. Ils dépendent du conseil des ministres. Seul le clergé chrétien est indépendant du conseil des ministres.

“des lois respectant les droits de l’homme ainsi que l’égalité absolue entre la femme et l’homme”

Droits de l’homme et laïcité ne sont pas nécessairement synonymes. Encore une fois l’histoire de la France laïque est très bavarde en violation des droits de l’homme (guerre d’Algerie, interdiction du port du voile dans les espaces publiques, loi gayssot etc.)

L’égalité des sexes n’a pas nécessairement avoir avec la laïcité non plus. Ce n’est qu’en 1944 que les femmes ont acquise le droit de vote en France (encore la France, je sais, mais ce blog s’appelle jusqu’à nouvel ordre « Misères Francophones ») pourtant laïque.

Dans le cas du Liban, il est vrai que la juridiction islamique peut être perçue comme l’instance principale faisant obstacle (entre autre) à un héritage équitable entre filles et garçon, mais l’impossibilité pour une femme libanaise de transmettre la nationalité a un mari (non libanais, forcement) est surtout liée à des questions d’un autre ordre : Notamment celle de faire obstacle au palestinien qui voudrait acquérir la nationalité libanaise.

“La non-intervention de la religion dans les affaires de l’Etat tout comme la non-intervention de l’Etat dans la religion du citoyen”

Ce point a déjà été vu dans la première partie. Le support philosophique a cette revendication ne trouve pas vraiment de légitimité dans l’histoire de la région.

Selon le safir, l’initiative d’organiser une marche pour la laïcité a été lancée après une sombre histoire de membres d’un clergé qui auraient interdit un concert de rock pour motif d’adoration du diable…

Cela mérite-t-il un appel à la mobilisation pour la laïcité? Je ne vois pas réellement le rapport. Un groupe de pression (religieux… et alors? Il pourrait tout aussi bien être communautaire ou politique et invoquer d’autres motifs) réussit à interdire un concert de rock. En quoi la laïcisation du système changerait quelque chose?

Que le patriarche maronite parvienne à interdire Da Vinci code, version arabe au Liban et le Hezbollah essaye d’interdire Persépolis de Marjane Satrapi dans les salles de cinéma, et un clergé leur concert de rock ne relève pas de problèmes liés à la laïcité mais de censure …

Lors de la manifestation on pouvait observer la même confusion, reflétée par les témoignages recueillis par la presse:

“What about freedom of opinion?”

“Sectarianism = danger,”

“I lost many friends, I lost my home and I still defend the idea of freedom of thought.”

L’esprit dominant était assez similaire de celui qui régnait lors des manifestations du 14 mars depuis 2005. Sous le slogan de « liberté, souveraineté, indépendance » les manifestants s’imaginaient qu’en mettant les syriens à la porte, sous les applaudissements de la même classe politique, recyclée dans « l’amour de la vie », le pays se débarrasserait de tous ses maux.

Plutôt que de balancer tout et n’importe quoi sous le slogan de laïcité, il aurait été préférable et surtout plus efficace, comme le propose worried lebanese de s’attaquer aux problèmes soulignés mais de manière plus ciblée:

–       Mobilisation contre la censure

–       Mobilisation en faveur d’un statut civil unifié ou en faveur d’une 19eme communauté de droit commun.

–       ou pour l’abolition du confessionnalisme dans le parlement.

Publicités

5 réflexions sur “Laïque pride ou laïque prout?

  1. Je me suis arrêtée à la moitié parce que l’article a un seul objectif, et s’il en faut autant pour le démontrer…
    « Le communautarisme (je reprends la définition proposée par Mounir) « en soit, c’est l’institutionnalisation d’une différence entre individus par le biais d’un corps captant sa représentation et ses droits”. » -> Peux-tu m’expliquer en quoi ceci est « irrelevant » et ce que vient foutre ici l’oppression religieuse au 1er siècle chez les liliputiens ???
    Personne n’a dit que LA RELIGION etait un probleme, mais bien l’instrumentalisation politique qui en est faite au Liban aujourd’hui, et le communautarisme qui en découle. Ou as tu vu à n’importe quel moment des références à une soi-disant oppression religieuse ?

    Pourquoi est ce que le terme laicité fait tellement peur à « Bashir Saade & Friends » ? Et pourquoi cela suppose-t-il qu’on est inculte et qu’on se mélange les pinceaux parce que soi-disant on voudrait imiter l’Occident ?

    C’est pathétique de voir quelqu’un tomber dans ce rôle.Les seuls que j’aie croisés à être contre ce mouvement, et à trouver (des fois, dans les apparences de très bonnes) critiques là dessus : sont les FL les plus extrêmes et les hezbollahi les plus extrêmes. C’est plutôt mignon de s’imaginer les croisements qu’on peut faire et la tête des futures générations…

  2. La démonstration m’a l’air pourtant simple.
    Je dis que ce qui était revendiqué n’était pas clair du tout. Un peu a l’image des manifs du 14 mars. « liberté, souveraineté indépendance » sont des slogans qui ne renvoient à rien de très concret. On a vu le résultat. Au Liban manifester pour « la laïcité » ne renvoie a rien de concret non plus. Veut-on unifier le statut civil ? déconfessionnaliser le parlement ? dépolitiser les religieux ? Donner des droits aux femmes? Si le post ne vous paraît pas clair, relisez celui de Mounir.

    « Personne n’a dit que LA RELIGION etait un probleme, mais bien l’instrumentalisation politique qui en est faite au Liban aujourd’hui, et le communautarisme qui en découle.” La phraseologie est assez familiere vu qu’elle correspond au catechisme de nos milieux bien-pensants mais ne veut pas dire grand chose non plus, ou alors sois gentille et explique moi ce que ca signifie concretement.

    Si la laicité designe la mise à l’ecart de la religion de la sphere publique, ca me parait euphemistique d’un probleme que pose la religion. Non? J’explique donc que la philosophie sur laquelle repose ce problème avec la religion, est une philosophie importé qui n’a pas reellement d’assise dans l’histoire de notre region.

    L’opposition du Hezb et des FL à la laïcité prouve simplement que la laïcité, comme ca, tombée du ciel ne désigne rien de concret. Très simplement, le Hezb ne voit pas pourquoi les religieux n’auraient pas à intervenir dans la vie politique. Mais il est en faveur de la déconfessionnalisation du parlement et de la fonction publique (du moins idéologiquement, sur le terrain c’est un autre débat). Les FL par contre, sont pour le maintien d’un quota pour les chrétiens dans le parlement ou autre institutions de l’état, mais s’en foutent que les religieux interviennent ou pas dans le politique.

  3. Chère S.,

    Ouverture d’esprit et esprit critique sont indissociables d’une part, le « mieux n’est pas l’ennemi du bien » d’autre part. En effet, il ne faut pas se méprendre, à mon avis, sur la démarche des deux articles sur la « laïcité ». Le premier critique la revendication de 19ème communauté, qui s’inscrit dans le système communautaire au lieu de le contester et de la transformer. Le deuxième article, parfaitement complémentaire, démontre qu’il faut distinguer clairement la question du religieux de celle du communautarisme. L’objectif de ces deux articles n’est donc pas à mon sens d’être « contre » la dé-communautarisation, mais plutôt d’alerter sur les limites du discours sur la laïcité et de préciser ainsi une pensée véritablement réformatrice.

    La comparaison faite par Kuprulu avec le mouvement de 2005 est à ce titre très pertinente : la contestation de l’occupation syrienne était pleinement légitime. Mais l’absence d’esprit critique et d’objectifs bien ciblés a permis aux classes dirigeantes d’instrumentaliser facilement le mouvement. Résultat, l’occupant est parti mais rien n’a changé dans le quotidien des gens, l’élite aux manettes est la même.

    L’opposition au régime en place, la volonté de le transformer, doit être irréprochable afin d’être fort, dans le cas contraire, la récupération politique est facile, encore plus dans le cas de la question de la « laïcité » (les exemples sont multiples). Sachons donc conserver une ouverture d’esprit permettant d’entendre des critiques constructives, sans tomber dans l’invective.

  4. En France et toujours en France, pays laïcs c’est pour cela qui nous sert d ‘exemple.
    Les lois laïques de la France ont été fondées sur des lois religieuses issues d’une culture judéo chrétienne. On va utiliser qu’un exemple comme ca cela va être plus simple et plus claire.
    Celui du mariage. Le mariage est d’abord monogame. Le divorce a été autorise dans les années 70 et les mariages au niveau des degrés est passe de 5 a 3 degrés (c’est plus clairement les mariages entre cousin). Depuis 1905 la séparation de l Etat et de l’Eglise les lois sur le mariage n’ont pas évolue. Dans les mairies française ont lit toujours le code civile napoléonien. Ce code civil a été rédigé sous le règne de l’Eglise donc l’intervention de la religion dans les lois( Les lois les conditions du mariage laïcs sont plus extrémiste que celle de l’Eglise Catholique actuel sauf au niveau des divorces)
    Aujourd’hui en France les musulman de France représente moins de 20% de la population et nous le voyons déjà le problème que cela pose il suffit d’ouvrir n’importe qu’elle quotidien français ou blog pour voir, ‘’Contre ou pour le voile ?’’ ‘’La polygamie ou va la laïcité’’.
    Au nom de la laïcité pourquoi autoriser l’alcool et interdire la polygamie ? Et vous allez me dire que c’est une question du respect de la femme mais le concubinage n’est pas une forme anarchique de la polygamie. La laïcité qu’on veut nous vendre c’est une laïcité issue d’une culture judéo chrétienne et non multiconfessionnelle. Au Liban que choisir au nom de la laïcité ‘’Interdiction du porc et de l’alcool et mariages monogame ?’’ Cela est possible si le libanais assumeras le fait qu’il soit un sémite phéniciens.
    Cela est possible lorsque le Libanais seras capable de prendre le meilleurs des invasions arabes, française syrienne romaine…Allez dire a un croyant de faire passer le Liban avant la religion ! Jamais.
    18 communautés et donc 18 lois différentes. Comme faire accepter a une chrétienne la polygamie et a un musulman les burgers au bacon ! Comme dirait Pierre Gemayel ‘’Il y a des choses bonne dans le communisme, le fascisme, le christianisme […l]’islam et la démocratie, Nous libanais prenons le meilleur de ca pour former notre Liban a notre image’’
    Alors on a compris que la laïcité ne réglera pas le problème du sectarisme, l annulation des quotas ne protégeras plus les minoritaire. Sauf si on veut plus écouter la revendication des minoritaires (communautaire et religieux plus particulièrement). La notion de laïcité à la française (majoritairement chrétien de culture) ou la laïcité Turque ou Tunisienne (majoritairement musulmane) n’est pas applicable dans notre pays.
    Pourquoi avoir une vision bipolaire ? Soit Laïc soit Religieux ?
    Faire une démocratie sur mesure est un travail de longue haleine le chemin sera plus difficile que tous les autres modèles du monde, mais nous serons les premiers car dans cet air de mondialisation les brassages seront de plus en plus important et le Liban sera pionnier dans cette vision du monde. Je sais c’est une notion est très phénicienne …Nous ne sommes pas seulement parfait mais libanais aussi !

    EB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s